11 Septembre: dossier rouvert à Genève

Tribune de Genève, le 12 février 2008, Nick Ulmi

Interrogations : relayant un mouvement mondial de chercheurs qui s'expriment grâce au Web, une association romande vient de se créer pour relancer le débat. Première soirée le 28 février.

L'article original en version pdf

Que s'est-il vraiment passé le 11 septembre 2001? Six ans après l'écroulement des tours du World Trade Center, une seule certitude s'impose selon les chercheurs réunis dans le mouvement mondial pour l'ouverture d'une enquête indépendante sur les événements: il n'y a rien dans l'histoire officielle qui tienne debout. Pas plus que n'a tenu debout la troisième tour, la WTC 7, pulvérisée sans raison apparente et sans explication plusieurs heures après les tours jumelles (le saviez-vous?).

«Comme le dit l'Italien Giulietto Chiesa, député indépendant au parlement européen, on ne sait pas ce qui s'est passé, mais on sait en revanche ce qui ne s'est pas passé», résume Julie Franco, secrétaire de la toute nouvelle association romande «Le 11 Septembre en question».

Un préjugé aussi étrange que tenace voudrait que seuls des théoriciens du complot oisifs, paranoïaques ou légèrement fêlés se plongent dans ce genre de réflexion. Eh bien non. Partout dans le monde, «des chercheurs occupant des positions élevées dans le monde universitaire mettent leur carrière en jeu pour dire que quelque chose cloche», signale le président de l'association, Richard Golay.

Questions en cascade

C'est le cas de Daniele Ganser, historien à l'Université de Bâle, et de Marc Chesney, professeur de finances à l'Université de Zurich, qui seront de passage à Genève pour évoquer les relations troublantes entre les énigmes du 11 septembre et l'état actuel de l'économie pétrolière. Plus généralement, des citoyens perplexes s'interrogent. Comme les Romands membres du «11 septembre en question», qui invitent les deux chercheurs alémaniques et qui projettent le film Oil Smoke & Mirrors lors de leur première soirée publique, jeudi 28 février prochain au Forum Meyrin.

Pourquoi en parler dans cette page? Parce que, tabou jusqu'ici dans les autres médias, le débat sur les incohérences du récit officiel s'est épanoui pour l'essentiel sur Internet. Le Web a été l'océan où l'observateur déconcerté partait chercher des éléments d'explication et le réseau via lequel les poseurs de questions et les chasseurs de réponses se regroupaient. Aux Etats-Unis (911truth.org), en Europe (911truth.eu), en France (reopen911.info) et enfin en Suisse (11septembre.ch). «Pourquoi n'y a-t-il pas eu d'enquête sur la catastrophe aérienne, ni sur l'effondrement des tours?» «Pourquoi ne trouve-t-on
aucune trace de l'embarquement des passagers présumés sur les vols en question?» «Quatre avions de ligne ont-ils vraiment pu quitter leur trajectoire pendant une heure sans aucune forme d'interception?», se demande-t-on. Et cetera…

Démocratie en danger?

On peut également se poser une autre question. Pourquoi, au juste, passer du temps à se torturer avec ce genre d'interrogation? «Tant qu'on n'aura pas compris ce qui s'est passé ce jour-là, on ne peut pas comprendre le monde dans lequel on vit, où de plus en plus de décisions sont justifiées par la peur et la guerre contre le terrorisme», répond Julie Franco. «Je me fais du souci pour notre démocratie. J'aimerais qu'il y ait en Europe un vrai débat public, car je n'ai pas envie qu'il nous arrive ce qui s'est passé aux Etats-Unis avec la mise en place du Patriot Act suite au 11 Septembre: des lois d'exception qui rongent les valeurs démocratiques originelles de l'Amérique. Des valeurs qui méritent le plus profond respect», ajoute Richard Golay.

Ingénieur formé à l'EPFL, spécialiste de la science des matériaux, Golay a commencé à gamberger en lisant un article de Daniele Ganser sur le crucial mais très méconnu bâtiment WTC 7. «Aucun spécialiste ne pourra justifier son effondrement – qui n'est pas mentionné dans le rapport gouvernemental sur le 11 Septembre – selon les explications officielles. Quant aux tours jumelles, j'avais les bases technico-scientifiques pour vérifier que les informations selon lesquelles la chaleur aurait fait fondre le coeur en acier du bâtiment ne collaient pas avec ce qu'on voyait. C'est la première fois que mon diplôme m'a vraiment servi à quelque chose…».

«Oil, Smoke Mirrors» («Pétrole et écrans de fumée»), documentaire de Ronan Doyle. Projection en VO avec sous-titres français, suivie d'un débat avec les professeurs Marc Chesney et Daniele Ganser, jeudi 28 février à 20 h au Forum Meyrin (1 pl. des Cinq-Continents, Meyrin). Soirée organisée par l'association «Le 11 septembre en question». Infos: www.11Septembre.ch